mardi 30 décembre 2008

Dedibox

Cette nuit, un incident global sur le réseau Free a impacté un nombre indéterminé d'abonnés, ainsi que la totalité des sites hébergés par Dedibox. L'incident à eu lieu de minuit à 2h40, provoquant l'indisponibilité des connexions internet, malgré la présence de l'heure sur la Freebox ADSL, des instabilités sur Freebox TV, et l'indisponibilité des sites hébergés par Dedibox. Heureusement, les problèmes ont été résolus au alentour de 2h40 du matin. Il s'agit du premier incident impactant, Dedibox, dans sa globalité depuis sa création, en mai 2006.

lundi 22 décembre 2008

+Raymond Croze+

Le bateau de maintenance envoyé par France Télécom suite à la rupture de câbles sous-marins en Méditerranée est sur le point d'arriver sur les lieux, a-t-on appris dimanche auprès de l'opérateur, alors que les liaisons vers la Tunisie ont été très affectées dans la nuit. Parti dans la nuit de vendredi à samedi, le navire-câblier envoyé sur place, baptisé le +Raymond Croze+ et basé à la Seyne-sur-Mer (Var), doit arriver sur les lieux "en début d'après-midi", soit plus tôt que prévu, avec 64 membres à son bord, a indiqué à l'AFP un porte-parole de France Télécom. Un robot descendra alors au fond de la mer pour repérer les câbles qui peuvent avoir été déplacés de "quelques dizaines de mètres, voire de kilomètres, si c'est une ancre" qui est à l'origine de l'incident, a-t-il expliqué. Une fois localisés, ils seront alors remontés à bord du bateau pour y être "réparés fibre par fibre". Les liaisons téléphoniques et internet entre l'Europe et la zone Asie/Proche-Orient sont perturbées depuis vendredi matin après une coupure de câbles localisée en Méditerranée, entre la Sicile et la Tunisie, sur des segments reliant la Sicile à l'Egypte. "La Tunisie a connu cette nuit de fortes perturbations et est en première ligne en raison des problèmes d'alimentation électrique que rencontre la station de Palerme", a précisé l'opérateur français, ajoutant qu'"une rupture totale du trafic (était) possible". Parmi les autres zones touchées, l'Inde, affectée à 82% vendredi, ne l'est "plus qu'à 60%" et le trafic a été "rétabli à 80%" vers la Réunion. Des "stratégies de délestage" ont été mises en place afin de limiter les perturbations, a rappelé France Télécom qui a par ailleurs confirmé les estimations de rétablissement pour l'un des câbles au 25 décembre et évalué au 31 décembre-1er janvier un retour à la normale. Au total, trois câbles transcontinentaux ont été endommagés, ainsi qu'un petit câble mineur privé reliant Malte à l'Italie.




La rupture de trois câbles sous-marins en Méditerranée perturbe depuis vendredi matin les liaisons téléphoniques entre l'Europe et la zone Asie/Proche-Orient ainsi que l'Internet en Egypte et au Moyen-Orient, selon l'opérateur France Télécom et un prestataire en Egypte. "La coupure, dont les causes restent encore imprécises, est localisée en Méditerranée, entre la Sicile et la Tunisie, sur des segments reliant la Sicile à l'Egypte", a expliqué France Télécom, qui dit avoir constaté ces pannes en début de matinée et va envoyer sur place un bateau de maintenance. "Le trafic (téléphonique) Europe vers le Proche-Orient et l'Asie est interrompu plus ou moins conséquemment", a-t-il indiqué, précisant que l'Algérie et la Tunisie n'étaient pas affectées. Parmi les zones les plus touchées, les liaisons vers les Maldives sont hors service à 100%, vers l'Inde à 82%, vers le Qatar à 73% et vers Djibouti à 71%, a précisé France Télécom, qui a établi ce bilan vendredi matin. Le trafic est également perturbé vers de nombreux autres pays, notamment le Liban, l'Arabie saoudite, l'Egypte ou la Malaisie. Le trafic Internet est "partiellement" touché vers l'île française de la Réunion (océan Indien) et à 50% vers la Jordanie. France Télécom "a immédiatement mis en alerte l'un des deux bateaux de maintenance présents sur la zone Méditerranée. Ce navire-câblier, basé en France, appareillera cette nuit avec à bord 20 kilomètres de câble de rechange. Il devrait être sur place lundi matin. Selon France Télécom, la situation devrait s'améliorer le 25 décembre et être revenue à la normale au 31 décembre. Au Caire, le réseau Internet était indisponible vendredi et des perturbations étaient recensées ailleurs au Moyen-Orient, ont indiqué la compagnie prestataire, Reliance GlobalCom, dont le siège est en Inde, et l'agence officielle égyptienne Mena. Outre l'Egypte, les perturbations touchent l'ensemble de la région Moyen-Orient, selon la Mena. D'après la même source, la coupure s'est produite vendredi à 08H00 GMT et Reliance GlobalCom a envoyé un sous-marin pour faire des réparations. Pour rétablir au plus vite le service, des câbles Internet de renfort devraient être utilisés ainsi que des connexions satellites, et, en Egypte, l'amélioration devrait intervenir d'ici à 12 heures, a ajouté la Mena. En janvier 2008, cinq câbles au Moyen-Orient et en Europe avaient subi des dégâts, entraînant des perturbations dans les services Internet. Les centres d'appel avaient été touchés en Egypte, comme en Inde, où ils ne fonctionnaient plus qu'à 30% de leur capacité. La panne avait également touché plusieurs pays arabes du Golfe, notamment les Emirats arabes unis, le Koweït, l'Arabie saoudite, le Qatar et Oman.

jeudi 18 décembre 2008

MICROSOFT


L'éditeur américain de logiciels Microsoft a annoncé qu'il allait diffuser mercredi un "patch" d'urgence pour corriger une faille dans la sécurité de son logiciel de navigation Internet Explorer, le plus utilisé dans le monde. Ce logiciel correctif sera transmis, par le biais d'actualisations automatiques, à compter de 18H00 GMT, a précisé Microsoft dans un communiqué. Il aura fallu aux techniciens de Microsoft tout juste huit jours pour apporter une solution à ce problème, à partir du moment où celui-ci a été identifié, s'est félicité l'entreprise californienne. Cette erreur de conception permettait aux cyber-criminels de prendre le contrôle d'un ordinateur en "redirigeant les internautes à leur insu vers un faux site" dans le but de "voler leurs mots de passe", selon Rick Ferguson, expert de la société de sécurité informatique Trend Micro. Selon M. Ferguson, "plus de 10.000 sites internet ont été infectés" depuis que la faille a été rendue publique mardi dernier. Internet Explorer est utilisé par près des trois quarts des ordinateurs dans le monde, selon des statistiques remontant au mois dernier. Toutes les versions de ce logiciel sont touchées, mais à des degrés divers, a précisé à l'AFP Bernard Ourghanlian, directeur technique et sécurité chez Microsoft France. Il est très rare qu'une faille "soit publiée sans que nous soyons prévenus avant" afin de la corriger, a souligné M. Ourghanlian, le dernier incident "aussi grave" remontant à 2006. Selon Christopher Budd, un responsable de la communication de Microsoft, le groupe n'a pour l'instant recensé des attaques que contre la version Explorer 7. Microsoft diffuse normalement ses "patches" rectificatifs les mardis et la transmission de cette actualisation d'Explorer en dehors de son calendrier habituel traduit l'urgence du problème, selon Trend Micro. "Microsoft encourage ses clients à tester et à installer cette actualisation aussitôt que possible", a indiqué M. Budd.

mardi 16 décembre 2008

GOOGLE - Net neutrality

Selon le "Wall Street Journal", Google serait actuellement en négociation avec plusieurs opérateurs ADSL et câble américains afin de permettre à ses services d'être plus rapidement accessibles par les internautes. Une attitude qui serait en totale violation du principe de "neutralité du Net" imposé aux opérateurs par le régulateur US, la Federal Communications Commission (FCC). Selon ce principe, les opérateurs ne peuvent privilégier le transport de certains contenus sur les réseaux. C'est en vertu de ce principe que la FCC à demandé en août à Comcast d'arrêter le bridage des réseaux peer-to-peer. Ce dernier expliquait de son côté vouloir gérer le trafic Web de ses réseaux afin d'empêcher une dégradation de ses services Internet. Google, qui admet ces négociations, conteste cependant vouloir déroger à ce principe. Selon lui, il ne s'agirait que de placer des serveurs caches sur les réseaux des opérateurs afin de permettre aux internautes de charger plus rapidement les pages les plus visitées de ses sites, notamment Youtube. Le groupe se dit par ailleurs toujours très attaché à la "Net neutrality".

jeudi 11 décembre 2008

Radiopaq.com

Radiopaq.com, moteur de recherche de radios et podcasts, annonce son partenariat avec Goom Radio. Goom est une nouvelle marque de radios numériques qui permet d'écouter des stations thématiques programmées par des professionnels de l'industrie radiophonique. Goom Radio regroupe une quinzaine de radios thématiques : Rap, R'n'B, Pop Rock, hard rock, reggae, hits, nouveautés mais aussi les radios officielles des plus grandes stars. Chacun peut y trouver la musique qu'il aime ! En outre, Goom Radio propose de la musique, des podcasts, mais aussi la météo, l'actualité et des news musicales. Des programmateurs, animateurs, journalistes contribuent à mettre à jour le site quotidiennement.

lundi 8 décembre 2008

Ariane-5


Le prochain lancement d'Ariane-5 aura lieu le samedi 20 décembre, a annoncé Arianespace. "A l'occasion de ce 42ème lancement d'Ariane 5, une Ariane 5 ECA mettra en orbite pour le compte de l'opérateur Eutelsat les satellites HOT BIRD 9 et W2M". Vendredi dernier, Arianespace avait annoncé le report du lancement, initialement prévu le 10 décembre, la Guyane étant alors paralysée par des grèves et des barrages routiers de protestation contre les prix du carburant qui bloquaient notamment l'accès de la base aérospatiale.

vendredi 5 décembre 2008

MSL - Mars Science Lab


Des problèmes techniques ont conduit la Nasa à reporter de deux ans, fin 2011, le lancement de la sonde Mars Science Laboratory (MSL), destinée à rechercher des traces de vie sur la planète rouge, ont indiqué jeudi des responsables de l'agence spatiale américaine. "Nous n'allons pas être prêts pour un lancement de Mars Science Lab à la date espérée", à l'automne 2009, a dit l'administrateur de la Nasa Michael Griffin, au cours d'une conférence de presse. "A cause d'un certain nombre d'éléments qui doivent être revus, nous repoussons le lancement à 2011", a-t-il ajouté. Le report du lancement de la sonde MSL, de la taille d'un petit 4X4, conduira à une augmentation d'environ 400 millions de dollars du budget alloué à ce projet, destiné à déterminer si une forme de vie a existé et existe toujours sur la planète rouge. Le coût du projet atteint désormais quelque 2,3 milliards de dollars, a estimé la Nasa. Mais ce report était essentiel parce qu'il va permettre "de résoudre des problèmes techniques pouvant encore exister et de mener à bien les tests nécessaires", a souligné Ed Weiler, administrateur associé de la Nasa. "Un échec n'est pas envisageable", a-t-il ajouté. La portée scientifique est trop importante et "l'investissement de l'argent du contribuable nous oblige à être absolument sûrs d'avoir fait tout ce qui était possible pour nous assurer du succès de cette mission". Mi-octobre, la Nasa avait indiqué qu'elle maintenait le projet de lancement de la sonde fin 2009, en dépit de problèmes techniques et d'un dépassement de budget. Les possibilités de lancement vers Mars n'interviennent que tous les 26 mois en raison de l'alignement des planètes, a ajouté la Nasa.

ORANGE CI

Orange annonce le lancement commercial de son offre Orange Money en Côte d'Ivoire, premier pays à bénéficier de ce service au sein du Groupe. Avec Orange Money les clients disposeront de toute une gamme de services permettant d'effectuer en toute sécurité des transactions et des opérations courantes de type bancaire : · Dépôt et retrait d'argent sur le compte Orange Money jusqu'à 100 000 Fcfa (environ 150 euros) . · Transfert d'argent de particulier à particulier · Achat de crédit de communication jusqu'à 10 000 Fcfa, 24h/24h · Paiement de factures Ce lancement est le fruit de la collaboration entre BNP Paribas, via sa filiale ivoirienne BICICI en charge de l'émission et de la garantie de la monnaie électronique, et Orange pour la plateforme et le marketing de l'offre. Orange et BNP Paribas contribuent ainsi à l'accélération de la bancarisation en Côte d'Ivoire, facteur indispensable du développement économique et social du pays. Pour souscrire à ce service, il n'est pas nécessaire d'être titulaire d'un compte bancaire, il suffit simplement d'être client Orange : le compte Orange Money est activé gratuitement et sans dépôt minimum. Orange Money est construit autour d'un dispositif qui garantit l'intégralité des transactions contre les risques de vols et de fraudes et qui respecte intégralement la réglementation en vigueur au sein de l'UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine) : toutes les transactions sont garanties pour le client final comme pour l'accepteur. Orange Money s'appuie pour sa commercialisation sur un réseau d'agents à la fois ruraux et urbains, notamment Orange, BICICI et Belkofinance, qui augmentera au fur et à mesure du temps.

mardi 2 décembre 2008

Applications GPS au traffic routier


Le gouvernement britannique va tester un tout nouveau type de péage routier, qui sera relié aux véhicules par GPS. A partir du mois de janvier prochain, une centaine d'automobilistes vont tester en avant-première le dernier projet de péage routier ... L'idée est simple : relier le véhicule par satellite, ce qui permettra de déduire automatiquement les sommes dues, selon le type de véhicule utilisé et la route empruntée.Dans les véhicules-test, des compteurs seront couplés à un GPS, afin de déduire automatiquement le prix imputé au conducteur selon deux critères.Le prix du déplacement tiendra compte du trajet emprunté (distance effectuée et moment) : par exemple, rouler sur la rocade d'une grande agglomération aux heures de pointe sera bien plus onéreux que de circuler en rase campagne pendant la nuit. Second critère : le véhicule utilisé, qui sera bien plus taxé s'il s'agit d'un 4x4 par exemple. Le critère écologique est pris en compte dans le système et sans surprise, ce seront les émissions de CO2 qui détermineront la taxe.Le système décomptera toutes les routes à accès payant (autoroutes…) mais aussi les entrées de ville réglementées (péage urbain londonien notamment), les ponts et les tunnels payants.

lundi 1 décembre 2008

La navette spatiale américaine Endeavour avec sept astronautes à bord, s'est posée comme prévu et sans encombre dimanche en Californie (ouest), selon les images en direct de la télévision de la Nasa. Les roues de l'orbiteur ont touché la piste numéro 04 de la base aérienne d'Edwards dans le désert de Mojave à 21H25 GMT (13H25 locales) sous un ciel très clair. La Nasa avait dû renoncer à faire atterrir Endeavour en Floride, dimanche et aussi lundi, en raison de prévisions météorologiques défavorables pour les 48 prochaines heures. Endeavour a fait une boucle pour prendre la piste d'atterrissage. Quelques secondes après que la navette se fut posée, un parachute rouge et blanc s'est déployé à l'arrière pour freiner sa course. "Bienvenue, c'est une manière fantastique de terminer un vol fantastique", a déclaré Alan Poindexter, un des responsables du centre de contrôle de Houston. "Nous sommes heureux d'être ici en Californie", a répondu aussitôt Chris Ferguson, commandant de bord de la navette. Endeavour avait commencé sa descente une heure auparavant après l'allumage des deux petits moteurs orbitaux pendant deux minutes et 54 secondes pour la freiner de quelque 340 km/heure. Sa vitesse était avant cela 25 fois celle du son, soit plus de 27.000 km/heure. L'orbiteur a alors entamé un grand plongeon de 63 minutes vers la Californie. La température sur les bords d'attaque de ses ailes, son nez et son ventre recouvert de tuiles thermiques, atteignait par endroit près de 1.500 degrés Celsius sous l'effet du frottement à grande vitesse sur les couches denses de l'atmosphère à partir de 130 kilomètres d'altitude et ce à 8.000 km de la Californie. Endeavour avançait encore à plus de 20 fois la vitesse du son et ce vingt minutes avant de toucher le sol. En pilotage automatique, Endeavour a fait son approche par l'océan Pacifique et deux minutes avant de se poser le commandant Chris Ferguson a pris les commandes pour aligner manuellement l'orbiteur, alors un gros planeur de cent tonnes, avec la piste. La télévision de la Nasa a retransmis en direct les images de l'approche finale depuis le cockpit de l'orbiteur. Endeavour boucle ainsi un périple de 16 jours dans l'espace dont douze amarrés à la Station spatiale internationale (ISS) qui leur a fait parcourir 10,6 millions de km au total. Durant cette mission, Endeavour et son équipage ont livré 14,5 tonnes d'équipement pour surtout doubler les capacités d'accueil à long terme de l'ISS, de trois à six astronautes au printemps 2009. Ils ont aussi notamment réparé le mécanisme de rotation d'une des trois antennes solaires de l'ISS durant quatre sorties orbitales.

vendredi 28 novembre 2008

IRAN

L'Iran a annoncé avoir procédé avec succès au lancement de sa deuxième fusée spatiale, Kavoshgar-2, et à la récupération d'une sonde qu'elle transportait. "Après avoir accompli avec succès ses missions, la fusée Kavoshgar-2 est retournée sur Terre avec un parachute spécial au bout de 40 minutes", a dit le commentateur de la télévision, sans autres détails. La télévision a montré un plan fixe de la fusée, ressemblant au missile Shahab-3 iranien, et dressée sur une rampe de lancement mobile. Puis d'autres images ont montré son décollage pendant une dizaine de secondes. Selon le site internet de la télévision d'Etat, Kavoshgar-2 est composée de trois parties: un lanceur, un laboratoire spatial et une section récupérable. "Le laboratoire spatial a pour objectif de tester le climat spatial et de faire des expériences", selon cette source. La télévision a évoqué un "succès qui renforce la confiance et la fierté nationale" grâce au "retour sur terre de la partie prévue et son atterrissage sain et sauf, ce qui est une première en Iran". L'Iran avait annoncé le lancement réussi le 4 février dernier de sa première fusée spatiale, Kavoshgar-1, qui aurait atteint une altitude de 200 km. Cette annonce avait été accueillie avec scepticisme dans de nombreux pays occidentaux, la France affirmant par exemple que l'engin, qui semblait dérivé du missile balistique Shahab-3, "ne disposait pas de capacités extra-atmosphériques". La frontière entre l'atmosphère et l'espace se situe à une altitude de 100 km. Dans un texte dont la source n'a pas été identifiée, les différentes agences de presse iraniennes ont expliqué que Kavoshgar-2 a été "envoyée avec l'objectif de transmettre correctement les données environnementales, d'envoyer correctement et à temps les ordres de séparation du moteur et la réalisation correcte du système de récupération". Selon ce texte, "les résultats obtenus lors de la présence dans l'espace correspondent aux objectifs fixés" pour la mission. La République islamique a procédé cette année à de nombreux tirs de missiles balistiques, le dernier en date, le Sejil, lancé le 12 novembre, étant présenté comme un engin de "nouvelle génération", d'une portée de près de 2.000 km. Kavoshgar-1 était censée, quant à elle, porter une sonde spatiale, dont le sort a donné lieu à des informations contradictoires. Un scientifique iranien avait affirmé qu'elle était revenue sur Terre alors qu'un deuxième avait laissé entendre qu'elle était restée dans l'espace. Le nombre d'étages de l'engin était aussi entouré de mystère, le chef de l'Agence spatiale iranienne Ahmad Talebzadeh faisant état de deux étages alors que le président Mahmoud Ahmadinejad en avait annoncé trois. Ce dernier avait aussi annoncé à cette occasion que la fusée porterait un satellite de construction locale, Omid, à l'été 2008. Mais aucune information à ce sujet n'a été livrée depuis. Le missile balistique Shahab-3, propulsé par un combustible liquide, est dérivé du missile nord-coréen No-Dong. L'Iran a affirmé en 2005 avoir accru sa portée initiale, d'environ 1.500 km, à 2.000 km.

mercredi 26 novembre 2008

ARIANE

L'évolution des performances de la fusée Ariane n'est "pas suffisante" sur le long terme, alors que la plupart des grandes puissance mondiales mobilisent leurs crédits pour développer la recherche dans le domaine de l'espace, a estimé le président exécutif d'EADS Astrium. "Le point faible à mon sens c'est que l'évolution des performances d'Ariane n'est pas, je crois, suffisante, en tout cas dans une perspective de long terme", a déclaré François Auque sur BFM. "Pour être très concret, nous avons une fusée qui est d'une fiabilité parfaite, qui peut mettre 10 tonnes en orbite géostationnaire. Et l'Europe, après des batailles homériques, va dépenser un peu plus de 300 millions d'euros, on me parle de 340 millions d'euros, d'ici à 2017 pour faire passer la fusée de 10 tonnes à 12 tonnes", a expliqué M. Auque. Mais dans le même temps, le lanceur chinois mettra lui 15 tonnes en orbite, a-t-il aussitôt fait valoir. "Dans d'autres parties du monde, on ne nous attend pas", a-t-il souligné. Le président d'EADS Astrium a encouragé les décideurs politiques européens à regarder au delà de la crise pour engager les financements nécessaires au développement de la recherche. "C'est leur responsabilité", a-t-il déclaré. "Vous savez, nous sommes dans des métiers où les cycles de développement sont probablement les plus longs de toutes les industries. Aujourd'hui, la lumière que nous émettons provient de décisions qui ont été prises il y a 15-20 ans", a-t-il indiqué. "En tant qu'industriel, je ne demande pas le moindre centime, je m'adapte à la situation (...) Mais partout dans le monde, les dépenses spatiales sont en très forte augmentation", aux Etats-Unis, en Chine "qui sont sur des taux de croissance de 12% par an, en Inde on est sur des taux de croissance qui sont supérieurs à 20% par an", a-t-il poursuivi. "L'Europe est plutôt une exception", a-t-il conclu. L'Agence spatiale européenne (ESA) a indiqué le 10 novembre qu'elle espérait obtenir au moins 9 milliards d'euros d'engagements financiers de ses 17 Etats membres pour financer les programmes spatiaux européens lors de la prochaine conférence ministérielle les 25 et 26 novembre à La Haye.

mardi 25 novembre 2008

NASA

Deux astronautes de l'équipage de la navette spatiale américaine Endeavour ont bouclé avec succès lundi la quatrième et dernière des sorties orbitales prévues, effectuant toutes les tâches et réparations prévues. La Nasa a également décidé de prolonger d'un jour la mission, a indiqué le même jour un porte-parole du Centre spatial Johnson à Houston (Texas, sud). Les deux marcheurs de l'espace, Steve Bowen et Shane Kimbrough, ont refermé le sas de la chambre de décompression de la Station spatiale internationale (ISS) à 00H31 GMT mardi, a confirmé une commentatrice de la télévision de la Nasa qui retransmet les images en direct. Cette sortie orbitale a duré 6 heures 7 minutes, soit 23 minutes de moins de prévu. Durant cette excursion, les deux astronautes ont terminé le nettoyage, la lubrification et le remplacement de onze des douze roulements à billes du système de rotation d'une des trois doubles-antennes solaires dite "Solar Alpha Rotary Joint (SARJ)" qui était grippé. Les travaux inédits sur le SARJ avait commencé lors de la première sortie orbitale mardi dernier. Le mécanisme sera remis en route tôt mardi pour des tests. Ils ont aussi installé une caméra sur une des poutres de l'ISS et attaché une antenne GPS (Global Positioning System) sur le module japonais Kibo. Ces quatre marches dans l'espace portent à 118 au total le nombre de sorties orbitales effectuées par des astronautes pour assembler l'ISS ou 745,29 heures. L'assemblage de l'avant-poste orbital devrait être achevé à la mi 2010. Les responsables de la mission ont aussi décidé de prolonger de 24 heures la mission pour la porter à 16 jours afin de donner plus de temps à l'équipage pour faire fonctionner une nouvelle machine de recyclage de l'urine et des eaux usées en eau potable qui a connu quelques problèmes de fonctionnement. L'origine du problème a été apparemment déterminé et l'équipage devrait être en mesure de faire fonctionner cette machine de 250 millions de dollars livrée par Endeavour pour produire des échantillons suffisants d'eau afin de les ramener sur Terre pour analyse. Cette machine est essentielle pour doubler les capacités d'hébergement de longue durée de la Station spatiale de trois occupants aujourd'hui à six au printemps 2009 en produisant par recyclage 6,8 tonnes d'eau potable par an. Jusqu'à présent, toute l'eau potable nécessaire à l'équipage de l'ISS a été transportée par la navette. Le désamarrage de la navette de la Station spatiale est désormais prévu vendredi 28 novembre dans la matinée et l'atterrissage en Floride dimanche en début d'après-midi au lieu de samedi. Endeavour a livré au total 14,5 tonnes d'équipements destinés surtout à doubler les capacités d'accueil de l'ISS. Outre la machine à recycler l'urine en eau potable, les sept membres de l'équipage d'Endeavour ont livré un congélateur et un four destinés à des expériences scientifiques dans le module laboratoire américain Destiny ainsi que deux cabines supplémentaires qui serviront de chambres à coucher. La navette a aussi apporté deux nouveaux fours pour réchauffer les repas des astronautes, un nouveau réfrigérateur ainsi qu'un équipement pour faire de l'exercice.

CHINE

La Chine essaie de se placer sur le marché des satellites de communications commerciaux. Elle vend des satellites qu'elle fabrique et lance par ses propres fusées Longue Marche. Mais tout n'est pas encore au point. Sur quatre satellites de la série DFH, deux sont tombés en panne. Le dernier, NigComSat-1, devait fournir au Niger une solution pour ses usages industriels, privés et militaires. 18 mois après son lancement, le 9 novembre, il est tombé en panne définitive. Plus de batteries. Le satellite a été placé en orbite inclinée pour éviter une collision avec d'autres satellites. On ne connait pas la raison de cette panne qui peut venir soit d'une éruption solaire qui aurait grillé les capteurs solaires, ou une erreur de navigation nigériane, ou encore un problème de design du satellite, enfin autre raison possible mauvaise mise en place par la fusée. Vu que c'est la 2ème panne identique pour des satellites de même fabrication, le doute sur des problèmes réels de fabrication n'est pas vraiment permis. En tout cas, les chinois vont tout payer. Ils vont remplacer le satellite… dès que possible.

lundi 24 novembre 2008

SICRAL 1B


Le satellite militaire italien SICRAL 1B sera mis en orbite par le lanceur russo-ukrainien Zenit-3SL en janvier 2009 dans le cadre du programme Sea Launch, a annoncé à Washington la porte-parole du consortium Sea Launch Paula Korn. "Le satellite SICRAL 1B fournira des services de communications stratégiques et tactiques pour les Forces armées italiennes, en Italie et à l'étranger, et de communications mobiles avec la terre, la mer et des plates-formes aériennes. Il fournira également à l'OTAN des capacités dans les bandes de fréquences SHF et UHF", a indiqué Mme Korn. La durée de vie du satellite est de 13 ans. Construit par la société Thales Alenia Space Italie à Turin, il a été testé à Cannes, en France. Le satellite a déjà été acheminé à Long Beach, en Californie, où se trouve le siège du groupe Sea Launch. Le lanceur Zenit le placera en orbite à 11,8 degrés de longitude Est. Il fonctionnera en tandem avec le satellite SICRAL 1A lancé en 2001. Sea Launch est l'unique compagnie du monde à réaliser des lancements spatiaux depuis une plateforme flottante positionnée à proximité immédiate de l'équateur, dans le Pacifique, afin de maximiser la charge utile des fusées. Créé en 1995, le consortium Sea Launch regroupe le géant aéronautique américain Boeing (40%), l'anglo-norvégien Kvaerner Group (20%), les ukrainiens Ioujnoe et Ioujmachzavod (15% à eux deux) et la société de construction spatiale russe RKK Energuia (25%).

marché des transpondeurs satellite

Le marché des transpondeurs satellite a été stimulée par l'adoption de la télévision numérique, et maintenant de la TVHD. La tendance vers le maintien de la réduction des échecs des lancements des satellites, entrainant la réduction des montants des primes d'assurance devrait être de bonne augure pour le marché des transpondeurs satellite. Global Industry Analysts Inc annonce que la région Asie-Pacifique, (y compris le Japon) et l' Europe, dominent le marché mondial des transpondeurs, soit une part d'environ 53,3% du marché estimée en l'an 2008. La généralisation de la télévision à haute définition (TVHD), et la télévision interactive dans la moyenne des ménages dans les pays développés se traduit par une élargissement les opportunités de marché. Les possibilités futures viendront des pays en voie de développement y compris l'Asie-Pacifique et Moyen-Orient / Afrique marchés, qui devraient croitre de plus de 5% au cours de la période de 2011/2015. En dépit de la menace des rapides progrès dans la technologie de compression, les ventes de transpondeurs satellite devrait augmenter de 442 unités entre 2008 et 2012. En Asie-Pacifique, la demande de transpondeurs satellite devrait atteindre 358 unités d'ici 2012. Au Moyen-Orient / Afrique, la demande de transpondeurs satellite dans les demandes de raccordement au réseau doit permettre le taux d'accroissement le plus rapide et atteindre 431 unités d'ici 2015. L'Europe représente le marché le plus important pour les transpondeurs satellite dans la mise en réseau des applications, soit 48,5% du marché mondial estimé en 2008.

vendredi 21 novembre 2008

Ariane 5

Le prochain lancement de la fusée Ariane 5, qui emportera deux satellites pour le compte de l'opérateur de télécommunications européen Eutelsat, est prévu le 10 décembre depuis Kourou en Guyane: "Le décollage du lanceur Ariane 5 ECA est prévu dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 décembre", le plus tôt possible à l'intérieur d'une fenêtre située entre 21h35 et 22h45 GMT. Ariane emportera les satellites Hot Bird 9, construit par Astrium (EADS) et W2M, construit par Astrium avec l'indien Isro. Ce tir d'Ariane sera le sixième et dernier prévu pour l'année 2008. Arianespace, société chargée de commercialiser les lancements de la fusée européenne, en avait initialement prévu sept mais avait été contraite de
revoir son calendrier en raison de l'indisponibilité d'un satellite destiné à l'opérateur SES.

jeudi 20 novembre 2008

internet interplanétaire


L'agence spatiale américaine, la Nasa, a annoncé avoir expérimenté avec succès un réseau de communications dans l'espace basé sur le modèle d'internet. "Il s'agit de la première étape vers la création d'une capacité de communication dans l'espace totalement nouvelle, un internet interplanétaire", s'est réjoui Adrian Hooke, responsable du projet pour la Nasa, dans un communiqué. L'agence américaine a indiqué que des ingénieurs avaient utilisé un logiciel baptisé Disruption-Tolerant Networking (DTN) pour transmettre des dizaines d'images de l'espace depuis et vers un vaisseau de la Nasa à plus de 30 millions de kilomètres de la Terre. Le système, qui doit être capable de supporter des délais, des disruptions et des déconnexions dans l'espace, a été conçu en partenariat avec Vince Cerf, vice-président du géant de l'internet Google. DTN utilise, selon la Nasa, une méthode différente de celle d'internet (le protocole IP), que Cerf a contribué à créer, et n'est pas basé sur le principe d'une connexion continue. La Nasa a indiqué qu'un test du logiciel DTN, installé à bord de la Station Spatiale Internationale, démarrerait l'été prochain. Selon l'agence, un "internet interplanétaire" permettrait de nouveaux types de missions y compris des vols complexes de plusieurs vaisseaux et permettre des communications faibles pour les astronautes sur la lune.

lundi 17 novembre 2008

Ciel 2

Thales annonce que Ciel 2, qui est le 6ème satellite de télécommunication fabriqué par Thales Alenia Space pour le groupe SES, après les cinq satellites déjà opérationnels d'Americom, vient de rejoindre le Cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan et va démarrer sa campagne de lancement. Ciel-2 sera lancé par International Launch Services (ILS) dans la soirée du 10 décembre à partir d'une fusée Proton et fournira des services de communication sur les Etats-Unis et le Canada. Le satellite Ciel-2 est conçu pour durer 15 ans.

jeudi 13 novembre 2008

videochat


Le géant de l'internet Google a ajouté un service permettant aux internautes utilisant sa messagerie électronique Gmail de discuter via liaison audio et vidéo. Les utilisateurs de Gmail équipés de "webcams" peuvent désormais discuter directement avec du son et/ou de l'image avec leurs interlocuteurs à partir de leur compte de messagerie en téléchargeant un logiciel sur gmail.com/videochat. Ces services sont similaires à ceux offerts notamment par le service de messagerie sur internet Skype, appartenant à eBay, et fonctionnent à la fois avec les ordinateurs utilisant les applications d'Apple ou de Microsoft. Google a également lancé mardi un service de traduction automatique des flux RSS qui permettent de suivre les mises à jour en temps réel des blogs ou des sites consacrés à l'actualité. Un internaute utilisant le service Google Reader, peut ainsi par exemple se rendre sur un blog ou un site internet turc et obtenir une traduction immédiate du contenu du site en anglais, ou dans l'une des 20 autres langues disponibles. La traduction automatique est effectuée à l'aide du logiciel Google Traduction.

mercredi 12 novembre 2008


L'Agence spatiale européenne (ESA) espère obtenir au moins 9 milliards d'euros d'engagements financiers de ses 17 Etats membres lors de la prochaine conférence ministérielle les 25 et 26 novembre à La Haye, a déclaré lundi le directeur général de l'ESA, Jean-Jacques Dordain. "J'espère obtenir au moins 9 milliards d'euros", a déclaré M. Dordain devant l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace. La mauvaise conjoncture économique ne devrait pas entraîner de révision à la baisse, car dans les programme spatiaux "on travaille à une échelle de dix ans", a-t-il souligné. L'utilisation de la Station spatiale internationale (ISS) coûtera environ 1,4 milliard d'euros aux pays européens sur la période 2008-2012. Les Etats membres devraient aussi valider à La Haye le développement d'un nouveau moteur cryogénique pour le deuxième étage du lanceur Ariane 5 à l'horizon 2017. La 1ère étape de ce développement est estimée à 340 millions d'euros, mais le coût total de cette modernisation du lanceur européen n'a pas encore été chiffré. Pour 30 millions d'euros, une étude préliminaire sera réalisée pour une évolution du ravitailleur européen de l'ISS, l'ATV, dont la future version ARV, au lieu de se désintégrer dans l'atmosphère à son retour, ramenera du matériel sur Terre. Mais un véritable développement de ce nouveau vaisseau ne saurait être engagé en l'absence de clarification sur le devenir de l'ISS au-delà de 2015, a souligné M. Dordain. Le développement du deuxième segment du programme spatial européen pour la surveillance de l'environnement et la sécurité (GMES), récemment rebaptisé Kopernikus, coûtera dans les 850 millions d'euros. Par ailleurs, un système de relais permettant de mieux exploiter les données des satellites en orbite polaire nécessitera quelque 240 millions d'euros pour pouvoir être opérationnel en 2012, lorsque la nouvelle génération de satellites d'observation de la Terre, Sentinel, remplacera Envisat. Enfin, le programme scientifique de l'ESA, qui vise à l'amélioration des connaissances sur l'univers et les planètes, a été chiffré entre 2,1 et 2,2 milliards d'euros pour la période 2009-2013, en augmentation de 3,5% par an.

jeudi 6 novembre 2008

RTBF


EXCLUSIF : La radio-télévision publique belge RTBF quitte Astra pour Hot Bird. Diffusées en clair depuis novembre 2001 par Astra (19,2° Est), la télévision RTBF Sat et la radio RTBF International déménagent pour rejoindre Hot Bird (13° Est). Ce qui signifie qu'elles bénéficieront toutes les deux d'une zone de réception élargie allant de Moscou à Dubaï. La RTBF précise que la diffusion se fait sur le faisceau large qui couvre toute l'Europe, le bassin méditérranéen, le Maghreb, l'Asie mineure, le Proche-Orient et le Moyen-Orient jusqu'à l'Afghanistan. La réception nécessite une parabole dont le diamètre varie de 40 à 180 centimètres selon les endroits. La RTBF est diffusée sur la fréquence 11.240 MHz en polarisation verticale. Les auditeurs et téléspectateurs ont quelques semaines pour modifier leurs paramètres de réception puisque le signal relayé par Astra sera définitivement coupé le 26 novembre. A noter qu'à partir de cette date, la RTBF Sat sera diffusée en format natif 16/9. Les deux stations continueront à être diffusées sans cryptage.

mercredi 5 novembre 2008

INDIA


La première mission lunaire indienne inhabitée lancée le 22 octobre s'approche de l'orbite de la Lune, a déclaré le directeur de l'agence spatiale indienne. L'engin spatial Chandrayaan-1 est entré mardi vers 05H00 (lundi vers 23H30 GMT) dans ce que l'Organisation de la recherche spatiale indienne (ISRO) appelle sa "trajectoire de transfert vers la Lune". "L'operation s'est très bien passée", s'est félicité auprès de l'AFP S. Satish, le patron de l'ISRO. Apres deux semaines passées en orbite transitoire autour de la Terre, l'engin se situe désormais à 1.000 kilomètres de la Lune. La prochaine grande étape de cette mission indienne historique sera de placer Chandrayaan-1 en orbite lunaire. L'opération est programmée samedi 8 novembre à une centaine de km au-dessus de la surface de la Lune et à 385.000 km de la Terre. Chandrayaan-1 transporte onze instruments scientifiques indiens, européens et américains et effectuera des expériences autour de et sur la Lune, comme des études topographiques, la recherche d'eau, de minéraux et de substances chimiques, notamment grâce à l'alunissage d'une sonde peinte aux couleurs de l'Inde. L'engin avait été lancé à bord d'une fusée vecteur de satellites le 22 octobre depuis le centre spatial national Satish Dhawan de Sriharikota, sur la côte sud-est de l'Inde à 90 km au nord de Madras. La mission, de 80 millions de dollars, doit durer deux ans et consacrer la place de l'Inde dans la course à la conquête spatiale face à ses concurrents chinois et japonais.

vendredi 31 octobre 2008

Venezuela

Le Venezuela a lancé hier depuis la Chine son premier satellite géostationnaire, baptisé "Simon Bolivar" en hommage au héros national vénézuélien, un programme que le président Hugo Chavez a lancé afin de favoriser l'intégration latino-américaine. Hugo Chavez, et son homologue bolivien, Evo Morales, réunis sur une base terrestre du satellite Simon Bolivar, à Luepa, dans l'est du Venezuela, ont assisté au lancement. Le satellite Venesat-1 a été lancé à des fins exclusivement civiles, à 12H20 locales (16H50 GMT) depuis le centre spatial chinois de Xichang, dans la province du Sichuan (sud-ouest), selon des images diffusées en direct par la chaîne de télévision officielle vénézuélienne (VTV). Le programme de M. Morales n'a pas été divulgué, mais sa visite devrait être brève, la présence du président bolivien ayant été annoncée au sommet ibéro-américain qui se déroule cette année au Salvador.

Mission de réparation du télescope spatial Hubble

L'agence spatiale américaine (Nasa) a annoncé jeudi qu'elle ne pourrait pas mener sa mission de réparation du télescope spatial Hubble en février 2009, comme précédemment prévu, et l'a repoussée sine die. L'agence a par ailleurs indiqué que le prochain lancement de la navette Endeavour, qui doit livrer des équipements à la station spatiale internationale (ISS), était prévu le 14 novembre. Les instruments scientifiques de Hubble s'étaient automatiquement mis en veilleuse le 27 septembre en raison d'une importante anomalie technique qui avait conduit la Nasa à reprogrammer le système de secours (face B), jamais utilisé depuis le lancement du télescope en 1990, et qui a rendu la "vue" à l'instrument. Le problème sur le système principal de Hubble l'avait rendu provisoirement aveugle et avait contraint la Nasa à reporter d'octobre à février au plus tôt la dernière mission d'entretien du télescope à l'aide d'une navette spatiale. L'unité principale (face A) doit du coup être remplacée à cette occasion. Mais cette cinquième mission d'entretien de Hubble, qui permettrait de prolonger son fonctionnement au moins jusqu'à 2013, date prévue pour le lancement de son successeur, le James Webb Space Telescope, ne pourra avoir lieu en février, a indiqué la Nasa dans un communiqué, sans être en mesure de donner une nouvelle date. "Nous avons désormais effectué suffisamment d'analyses sur toutes les choses qui doivent se produire sur l'unité de secours (de la face A) pour savoir que nous ne pourrons pas être prêts pour un lancement en février", a regretté le directeur de la division d'astrophysique de l'agence, Jon Morse. Selon la Nasa, les responsables du programme Hubble doivent livrer au plus tôt en avril 2009 l'unité de remplacement au centre Kennedy de Floride (sud-est) d'où la navette Atlantis décollera pour la mission d'entretien. Lancé en 1990, Hubble, en orbite à 575 km d'altitude, a révolutionné l'astronomie en changeant la compréhension des origines et de l'évolution de l'univers. Quant à Endeavour, dont l'équipage de sept astronautes doit livrer quelque sept tonnes d'équipement à l'ISS via le module de transport Leonardo, son lancement est prévu le 14 novembre, a indiqué la Nasa dans le même communiqué.

ASTRA 1M

SES ASTRA, une société du groupe SES a annoncé que son nouveau satellite, ASTRA 1M, a été complètement intégré dans le carénage du véhicule de lancement, une fusée Proton Breeze M. ASTRA 1M est donc prêt pour le lancement prévu le 6 novembre prochain (heure locale) depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. Ce satellite, construit par EADS ASTRIUM sur une plate-forme Eurostar E3000, sera lancé par International Launch Services (ILS) à 19,2 degrés Est, la position orbitale phare de SES ASTRA. Le lancement de ASTRA 1M permettra à SES ASTRA de renforcer encore sa flotte de satellites. ASTRA 1M fournira des services de diffusion directe par satellite (DTH), notamment de la télévision en haute définition, à l'Europe continentale. La flotte de satellites ASTRA offre des services de diffusion de haute qualité à plus de 117 millions de foyers européens.

vendredi 24 octobre 2008

SPORTEL


Les radios sportives numériques se développent déjà sur internet mais vont avoir besoin que les constructeurs automobiles se mettent d'accord pour continuer leur expansion et devenir enfin rentables, ont affirmé des représentants de radios réunis au Sportel de Monaco. Organisée par l'Union européenne de radio-diffusion (UER), une table ronde a permis d'évoquer le potentiel de la radio numérique pour les contenus sportifs, mais aussi tous les obstacles qui se dressent sur sa route, à commencer par le besoin de voir se généraliser dans les voitures des récepteurs de radio numériques. Pour l'instant, il y a plusieurs normes différentes (DAB, DRM, DMB, etc.) selon les pays et peu de postes multi-normes. Autre frein au développement, le parc de radios analogiques (AM/FM): 150 millions de postes en France. "Il faudra 10 à 20 ans pour les remplacer par des radios numériques", a dit François Pesenti, de la nouvelle agence RMC Sport. "C'est surtout dans la voiture que les gens écoutent la radio", a souligné Thierry Clopeau, directeur des sports sur Europe 1, pour qui "les radios ont besoin de plonger dans le numérique pour générer des nouveaux revenus. C'est une question de survie car la radio coûte cher, surtout si on veut faire de la qualité", a ajouté l'ancien journaliste de télévision. La "qualité du son", c'est l'un des nombreux atouts de la radio numérique, ont souligné tous les intervenants. Autre atout, la possibilité de faire défiler des "contenus associés" (résultats, statistiques) sur l'écran du récepteur radio qui est déjà, souvent, un écran d'ordinateur, de télévision ou de téléphone mobile. Pour les jeunes, "la technologie n'a aucune importance", pas plus que le type de récepteur, "du moment qu'ils peuvent accéder aux contenus", a dit l'Anglais Brett Spencer (BBC 5 Live), et il a souligné qu'au Royaume-Uni 16 millions de personnes écoutent déjà, régulièrement, une radio numérique. Enfin, sur les grands événements sportifs, "la radio numérique gratuite, avec le choix entre plusieurs canaux temporaires, est complémentaire de la télé, surtout si elle est payante", a insisté l'Irlandais John-Paul Coakley (RTE). "Et surtout si les commentateurs radio sont très bons", a-t-il conclu.

jeudi 23 octobre 2008

ANDROID


Le groupe internet Google a publié le code de son système d'exploitation pour téléphones portables Android, à la veille de la commercialisation de son téléphone G1, en invitant tous les programmeurs à développer leurs propres applications. "Tout le travail que nous avons consacré à la plateforme mobile est maintenant disponible gratuitement", a annoncé le programmeur de Google, Dave Bort, sur le site internet :
source.android.com où est publié le code.

"Vous avez une idée géniale pour une nouvelle application? ajoutez-la! Comme c'est un projet en accès ouvert, le mieux c'est que tout le monde puisse contribuer à Android et peser sur son évolution", a ajouté M. Bort. La publication de ce code, annoncée dès le lancement du projet Android, précède d'une journée l'arrivée dans les magasins américains de l'opérateur T-Mobile du téléphone G1, premier téléphone multifonctions utilisant le système d'exploitation Android, qui se pose en concurrent du très populaire iPhone d'Apple. Google présente Android comme le système permettant l'accès le plus rapide à internet, mais le combiné fabriqué par la firme taïwanaise HTC a reçu des critiques mitigées des spécialistes. Il présente un écran tactile dont le iPhone a imposé la mode, ainsi qu'un clavier coulissant. Aux Etats-Unis, il est mis en vente pour 179 dollars, 20 dollars de moins que l'iPhone. Sa commercialisation est prévue en Grande-Bretagne en novembre, et dans le reste de l'Europe début 2009. Avant même la publication du code du système Android, Google avait lancé le "défi des développeurs d'Android", un concours se voulant annuel récompensant de 5 millions de dollars l'inventeur de la meilleure application. A l'opposé de Google, le système d'exploitation de l'iPhone est fermé et ne peut accepter d'applications que dûment homologuées par Apple. D'autres téléphones portables fonctionnent avec le système d'exploitation Symbian (Nokia) ou Windows, tandis qu'un autre consortium travaille à un système ouvert Linux.

Rascom-QAF 1R

Thales Alenia Space et Arianespace annoncent la signature du contrat de Service & Solutions de lancement du satellite de télécommunications panafricain Rascom-QAF 1R. Le lancement de Rascom-QAF 1R sur l'orbite de transfert géostationnaire est prévu en 2010 par un lanceur Ariane 5 ou un lanceur Soyuz, depuis le Port Spatial de l'Europe, en Guyane française. Le satellite Rascom-QAF 1R, construit par Thales Alenia Space dans le cadre d'un contrat clés en main avec le fournisseur panafricain de services par satellite RascomStar-QAF, fournira pendant 15 ans des services de télécommunications dans les zones africaines rurales, des liaisons interurbaines et internationales, des services de télévision directe et d'accès Internet. Basé sur une plate-forme Spacebus 4000 B3, ce satellite de forte puissance sera équipé de 12 répéteurs en bande Ku et de 8 répéteurs en bande C. Il remplacera Rascom-QAF 1 et sera positionné à 2,85° de longitude Est. Il aura une masse au lancement d'environ 3 200 kg et une puissance de 6,4 kW en fin de vie.

mardi 21 octobre 2008

Itochu - skype

La maison de commerce nippone Itochu a mis en vente au Japon, dans des boutiques de proximité, des cartes prépayées donnant droit à des minutes de communication depuis des terminaux fixes et portables dotés du populaire logiciel de téléphonie sur internet Skype. Les Japonais vont pouvoir se procurer ces coupons d'appel dans des supérettes multiservices ouvertes 24 heures sur 24 et les régler en liquide, évitant ainsi de donner leur numéro de carte de crédit en ligne, une pratique à laquelle ils sont réticents. Skype est un logiciel qui permet de passer des appels vocaux en utilisant le protocole internet (VoIP) au lieu d'une infrastructure et un canal téléphoniques dédiés, ce qui abaisse fortement le prix, surtout pour les communications internationales. Les appels sont gratuits entre deux terminaux équipés de Skype, mais ils restent payants (à un tarif très bas) lorsqu'on contacte un téléphone mobile ou fixe traditionnel depuis un terminal Skype. Pour payer, il faut acheter au préalable des "crédits de communication" en ligne. "Jusqu'à présent, l'utilisation de la fonction payante de Skype n'a pas décollé au Japon, handicapée par le fait de devoir donner des références bancaires" pour acheter des minutes de conversation, selon Itochu. En proposant aux Nippons d'acquitter des droits de communication auprès des incontournables supérettes japonaises (7.300 points de vente de l'enseigne Family Mart dans un premier temps), Skype espère faire grimper la notoriété et l'usage de ses services au Japon. D'autres chaînes de supérettes ouvertes jour et nuit (plus de 40.000 boutiques au total) devraient logiquement suivre. Skype, entité créée par un Suédois et un Danois, est désormais une filiale de la société américaine de services internet eBay.

lundi 20 octobre 2008

Google

Le titre Google était en nette hausse vendredi à la Bourse de New York après la publication de bons résultats trimestriels qui tendent à prouver que son modèle publicitaire serait bien conçu pour résister à la crise. "Google reste l'une des sociétés les mieux positionnées dans le secteur technologique et demeure le pilier de l'économie internet", estime l'analyste Derek Brown, de la maison de courtage Cantor Fitzgerald. Jeudi, en annonçant un chiffre d'affaires en progression de 31%, le PDG Eric Schmidt a vanté le modèle de Google, bien adapté selon lui à une conjoncture de vaches maigres. "Alors que les budgets marketing sont resserrés, les annonces ciblées, mesurables, sont plus précieuses pour les annonceurs. Et comme les budgets des consommateurs sont resserrés, les gens utilisent l'internet pour comparer les prix et chasser les bonnes affaires en ligne et dans les magasins", a-t-il dit. Au cabinet de marketing Gartner, Allen Weiner prédit une bonne saison des fêtes pour Google, "même avec une récession": "ils semblent être positionnés pour affronter tout ce qui peut arriver". Certains analystes tempèrent toutefois cet enthousiasme. "Le quatrième trimestre va montrer si le moteur de recherches résiste en cas de tension cyclique", souligne Leland Westerfield, chez BMO Capital Markets. La détérioration de la situation économique va particulièrement mettre à l'épreuve la recherche rémunérée dans les domaines financier, biens de consommation, électronique et hi-tech, selon un autre courtier, Global Equities, qui s'inquiète de l'habitude prise par des consommateurs de ne plus cliquer sur les sites commerciaux qui s'affichent à la droite de l'écran des résultats de recherche. chr/fka/bar

Arianespace

Arianespace annonce que la SES lui a confirmé 3 nouveaux lancements Ariane, dans le cadre du « Multi Launch Agreement » (MLA), signé en juin 2007. Cet engagement concerne trois nouveaux satellites du groupe: Astra 3B pour SES ASTRA, et deux autres satellites qui seront désigné ultérieurement. Les lancements de ces trois charges utiles, de masse comprise entre 4 400 kg et 5 800 kg, sont prévus entre 2009 et 2012 par des lanceurs Ariane 5 depuis le Centre Spatial Guyanais à Kourou, en Guyane française.

INDE

L'Inde a commencé ce matin le compte à rebours du lancement prévu mercredi de sa toute première mission spatiale inhabitée vers la Lune, afin de concurrencer ses rivaux asiatiques chinois et japonais. Cet évènement interviendra près d'un mois après que la Chine a réussi à faire sortir un homme dans l'espace et affirmé son ambition d'envoyer un vol habité vers la Lune. Le lancement de la sonde lunaire indienne Chandrayaan-1 par la fusée vecteur de satellites (PSLV) est programmé mercredi à 06H20 (00H50 GMT) depuis le centre spatial Satish Dhawan à Sriharikota dans l'Etat méridional du Tamil Nadu. "Le compte à rebours a commencé ce lundi matin à 05H22 (dimanche à 23H52 GMT) et se déroule sans encombre", a déclaré un directeur du centre spatial, M.Y.S. Prasad. Des météorologues surveillent tout de même l'eventuelle formation d'une dépression, voire d'un cyclone, au-dessus du Tamil Nadu mercredi matin. La mission lunaire devrait se dérouler en trois étapes: le décollage de la fusée, la mise en orbite de la sonde lunaire à 385.000 km de la Terre et une série d'expériences et d'observations autour de la Lune pendant deux ans, comme la recherche de présence d'eau, de minéraux et de substances chimiques. Cette mission lunaire inhabitée indienne, dotée d'un budget de 90 millions de dollars, sera suivie par une autre en 2012, a d'ores et déjà annoncé l'Organisation de recherche spatiale indienne (ISRO). Les seuls alunissages de vaisseaux habités ont eu lieu entre 1969 et 1972 dans le cadre du programme américain Apollo. Maintenant, les grandes puissances asiatiques --le Japon, la Chine et l'Inde-- sont engagées dans une course à la conquête de la Lune et veulent faire du satellite de la Terre une plate-forme d'exploration de l'espace et de la planète Mars. L'Inde veut mener 60 missions spatiales d'ici à 2013, y compris vers la Lune et vers Mars, avant de tenter d'envoyer un jour un être humain dans l'espace.

vendredi 17 octobre 2008

cryotechnique

Les essais de déploiement du divergent du moteur cryotechnique Vinci ont été réalisés avec succès à l'établissement Snecma de Vernon. Les résultats sont conformes aux prévisions et répondent parfaitement aux exigences spécifiées. Ce succès est donc une étape marquante pour le développement de ce moteur. Vinci est un moteur cryotechnique à cycle expander, réallumable, d'une poussée de 18 tonnes dans le vide. Développé sous la maîtrise d'œuvre de Snecma, il est destiné à l'étage supérieur ECB d'Ariane 5, capable de transporter jusqu'à 12 tonnes en orbite de transfert géostationnaire contre 10 tonnes pour l'Ariane 5 ECA.

lundi 13 octobre 2008

Mars Science Laboratory


La Nasa, l'agence spatiale américaine, a indiqué qu'elle maintenait pour le moment le projet de lancement vers Mars de la sonde "Mars Science Laboratory" à la fin 2009 malgré quelques problèmes techniques et un dépassement de budget. Des retards dans la livraison de certains matériels "exercent des tensions sur le calendrier et le budget pour un lancement en 2009, mais nous pouvons tenir cette date et poursuivons nos efforts vers cet objectif", a indiqué Doug McCuistion, le directeur du programme d'exploration de Mars à la Nasa lors d'une conférence de presse téléphonique. "Des progrès techniques incroyables ont été accomplis et beaucoup de matériel a déjà été livré, mais certains équipements sont toujours en souffrance", a-t-il poursuivi à l'issu d'une réunion avec le patron de la Nasa, Michael Griffin, pour faire le point sur l'état d'avancement de cette mission. Une autre réunion est programmée en janvier, a précisé M. McCuistion tout en se refusant à donner une estimation du coût supplémentaire de cette mission dont le montant atteint déjà 1,5 milliard de dollars. "Nous avons une estimation générale que nous devons examiner avec le Bureau du budget du Congrès et nous ne pouvons pas encore rendre ces chiffres publics", a expliqué Doug McCuistion. "Mais c'est clair qu'il nous faudra plus de fonds si nous lançons en 2009", a-t-il ajouté, tout en se disant "pleinement confiant dans le fait que le Congrès soutiendra cette rallonge car il reconnaît aussi l'importance scientifique de cette mission". Selon des informations citées dans des média américains, le Jet Propulsion Laboratory, responsable de la fabrication de la sonde robotique, estime le supplément budgétaire nécessaire à quelque 100 millions de dollars.

jeudi 9 octobre 2008

ASTRA 1M - 31 octobre 2008 sur le site de Baikonur au Kazakhstan

SES ASTRA, une société SES a annoncé que le lancement de son nouveau satellite, ASTRA 1M, est prévu pour le 31 octobre 2008 sur le site de Baikonur au Kazakhstan. ASTRA 1M sera lancé sur une fusée Proton Breeze M, fournie par International Launch Services (ILS). ASTRA 1M sera le 7ème satellite ASTRA à être lancé avec Proton. Le satellite, construit par EADS ASTRIUM sur une plate-forme Eurostar E3000, sera positionné à la position orbitale clé 19,2 degrés Est d'où il assurera une couverture paneuropéenne. Il fournira essentiellement des services de diffusion directe (DTH), y compris de la télévision à haute définition (TVHD). Le lancement d'ASTRA 1M permettra à SES ASTRA de redéployer d'autres satellites à 23,5 degrés Est; position orbitale en pleine évolution.

jeudi 2 octobre 2008

RASCOM

RASCOM annonce que les opérations commerciales du Satellite RASCOM ont débuté depuis le 1er août 2008. Les bonnes nouvelles concernant les Services de Location de Capacité (BLS) sont déjà la location à 100 % de la capacité disponible dans la bande-C standard par les clients ainsi que l'engagement ferme à 100 % de la bande-C planifiée. De plus, 70 % de la bande Ku couverture Nord est entièrement réservée pour les BLS. RASCOM annonce également que le contrat de Livraison en Orbite (IOD) du satellite de remplacement avec Thales Alenia Space est déjà en vigueur depuis le 15 septembre 2008 ce qui garantit la construction du satellite de remplacement sur une période de fabrication de 24 mois. A cette même date, l'Accord de Service de Lancement avec Arianespace pour le satellite de remplacement est entré en vigueur.

IAI

La division Systèmes Missiles et Espace de IAI (Israël Aerospace Industries, le leader de l'industrie aérospatiale israélienne) fabriquera le satellite Amos 4. Ce satellite sera exploité par Spacecom Ltd, il permettra d'offrir des services de haute qualité dans le domaine de la communication et de la diffusion en Israël et à l'international. Thales Alenia Space (une co-entreprise de Thales à 67% et de Finmeccanica à 33%, numéro un européen dans le domaine des satellites et de l'infrastructure orbitale) coopérera dans le processus de fabrication du satellite de télécommunication Amos4. Son lancement est prévu pour 2012.

mardi 30 septembre 2008

Antrix/ISRO

Le numéro un européen de l'industrie spatiale Astrium devrait signer aujourd'hui avec les indiens Antrix/ISRO un accord pour le lancement de satellites par un lanceur indien. Le patron de Astrium, François Auque, et le directeur de l'Indian Space Research Organisation (ISRO) et de sa branche commerciale Antrix, Madhavan Nair, doivent se rencontrer mardi matin, a déclaré un porte-parole de Astrium, filiale du groupe européen de défense et d'aéronautique EADS. Selon des sources industrielles, Astrium et Antrix/Isro doivent signer un accord à long terme sur l'espace en général. Le Premier ministre indien Manmohan Singh est reçu mardi par le président français Nicolas Sarkozy. D'après l'Elysée, à l'occasion de sa venue, un accord avec ISRO sur le lancement de micro-satellites français par un lanceur indien pourrait être signé mardi. Seraient également signés mardi un "accord de coopération cadre", qui couvre notamment le satellite franco-indien d'observation de l'atmosphère tropicale Megha-Tropiques qui doit être lancé en avril 2009, et un accord sur la formation des scientifiques indiens.

lundi 29 septembre 2008

KT Corp

KT Corp., principal opérateur sud-coréen de téléphonie fixe, a annoncé avoir achevé la réalisation d'un câble de télécommunications ultra-rapide dédié aux liaisons internet trans-Pacifique. Ce réseau de fibre optique long de 18.000 km reliera la Corée du Sud, la Chine et Taiwan aux Etats-Unis. L'ouvrage est le fruit d'un consortium mis sur pied en 2006 par KT Corp. avec l'américain Verizon Business, les chinois China Telecom, China Netcom, China Unicom et le taiwanais Chunghwa Telecom. Le coût total de l'ouvrage n'a pas été dévoilé mais s'élèverait à 500 millions de dollars, selon des informations de presse. Le câble a une capacité de transmission de données de 5,12 tera-octets soit l'équivalent de 3.700 CD-ROMs par seconde, a indiqué dans un communiqué l'opérateur sud-coréen, premier fournisseur d'accès à l'internet haut débit du pays. Le nouveau réseau, 70 fois plus rapide que celui existant actuellement entre Séoul et les Etats-Unis, entrera en fonction l'an prochain dans son usage commercial. Le Japon doit être relié en 2009.

mardi 23 septembre 2008

Shenzhou-7

L'ingénieur en chef responsable du lancement du vaisseau spatial Shenzhou-7 a annoncé que les préparatifs au sol pour la mission sont terminés et que son équipe avait confiance dans la réussite du lancement. Les 6 000 membres de l'équipe au sol ont passé des mois à améliorer les infrastructures et à tester les fonctions des ordinateurs et des logiciels, a déclaré Cui Jijun, commandant en chef de l'équipe au sol. "Le site de lancement a été complètement révisé depuis l'année dernière pour s'assurer de sa sécurité et de sa fiabilité", a-t-il affirmé. Les équipements tels que ceux qui contrôlent le débit du carburant de la fusée, les grues et les convoyeurs, ont été remplacés. Les bases de données ont été créées pour simuler le compte à rebours et les phases de lancement. Des plans pour répondre à 239 situations d'urgence ont été établis. "Si on se base sur les préparatifs effectués, nous pouvons avoir confiance dans une réussite du lancement", a affirmé Cui Jijun. Le vaisseau Shenzhou-7 sera lancé entre le 25 et le 30 septembre depuis le Centre de lancement de satellite de Jiuquan dans la province du Gansu dans le nord-ouest de la Chine. Le vaisseau, fixé à une fusée porteuse Longue-Marche II-F, a été acheminé sur le pas de tir samedi. Six astronautes chinois, dont trois sélectionnés et trois suppléants, sont déjà au centre de lancement. Un d'entre eux fera une sortie dans l'espace.

mercredi 17 septembre 2008

BEWAN

Bewan propose trois adaptateurs CPL dont un équipé d'un point d'accès Wi-Fi à moins de 170€ TTC... De quoi équiper toute la maison tout en préservant sonpouvoir d'achat !Aucun câble à tirer : le réseau passe partout via l'installation électrique et le Wi-Fi. Bewan propose donc un kit complet, simple, rapide et efficace pour connecter tous ses équipements informatiques sans fil et sans tracas dans toute la maison : le pack Bewan Powerline E85Wi-Fi + E85 Duo. Constitué de 3 adaptateurs CPL dont 1 doté d'un point d'accès Wi-Fi, ce pack est idéal pour supprimer le câble entre sa box Internet et son décodeur TV numérique tout en reliant un ordinateur et une console de jeux à sa box Internet située dans une autre pièce… même si le Wi-Fi ne passe pas ! Avec le pack Bewan E85Wi-Fi + E85DUO, connecter 3 périphériques sans les relier par des câbles cachés sous les tapis est désormais réalisable. Vous pouvez désormais surfer, jouer et regarder la TV sur Internet sans câble dans chaque pièce de la maison, même les plus inaccessibles.

jeudi 11 septembre 2008

Inmarsat-4

Depuis son lancement par une fusée Proton le 18 Août 2008, le troisième satellite Inmarsat-4 construit par Astrium, a atteint son orbite géosynchrone au terme de quatre maneuvres du moteur d'apogée. Après le déploiement de ses panneaux solaires de 45 m d'envergure et de son réflecteur d'antenne de 80 m² de surface, le satellite a adopté son mode de contrôle final orienté en direction de la Terre. Toutes les fonctions de ce satellite Eurostar E3000 sont nominales. La charge utile, qui comprend un processeur de signal numérique innovant, a été activée et va subir des essais complets. A l'issue de ces tests, le satellite ira rejoindre son orbite définitive à 98° Ouest pour être mis en exploitation commerciale.

mercredi 10 septembre 2008

GeoEye-1

Un satellite d'observation d'une grande précision, capable de distinguer sur Terre, à partir de l'espace, un objet d'à peine une quarantaine de cm de côté, a été lancé à partir de la base de Vandenberg de l'armée de l'air américaine, sur la côte centrale de la Californie. Une fusée Delta 2, transportant le satellite GeoEye-1, a décollé vers une orbite polaire.Le satellite maintiendra une orbite à quelque 680 km d'altitude et tournera autour de la Terre plus d'une douzaine de fois par jour. En une seule journée, l'engin peut produire une image couleur détaillée d'une surface équivalente à celle du Nouveau-Mexique ou encore, en noir et blanc de la grandeur du Texas.La compagnie a indiqué que les services d'imagerie par satellite seraient vendus pour des utilisations de toutes sortes, notamment la cartographie environnementale, l'agriculture et la défense.

O3B

L'opérateur mondial de satellites SES S.A. et la société O3b Networks Limited (O3b), dont le siège est à Jersey, ont annoncé une prise de participation minoritaire de SES dans O3b en vue de soutenir le développement par O3b d'une dorsale Internet mondiale par satellite destinée aux trois milliards de personnes aujourd'hui privées d'accès à Internet dans les pays en développement. Après Google, Liberty Global, HSBC et North Bridge Venture Partners, SES devient un large investisseur dans O3b. Outre un investissement total de 75 millions d'USD dans la société, SES apportera à O3b un soutien technique et commercial afin de contribuer à son développement. O3b construit actuellement le premier réseau par satellite à latence très faible offrant la vitesse de la fibre optique, qui servira de dorsale Internet mondiale et d'infrastructure de liaison terrestre de prochaine génération pour la population et les entreprises des pays émergents. La société combinera la vitesse d'un réseau de fibres optiques avec la portée mondiale d'un système satellite et touchera ainsi, en collaborant avec des opérateurs de télécommunications et des fournisseurs de services Internet (FSI), des milliards de personnes.


Un projet d'internet par satellite à faible coût, soutenu par Google, Liberty Global et HSBC a été lancé mardi à Jersey sous le nom d'O3b Networks, dans le but de toucher les populations mondiales qui ont peu de chances autrement d'avoir accès à l'internet rapide. La construction des satellites a été confiée au groupe franco-italien Thales Alenia Space. "Les nations développées, particulièrement dans l'hémisphère Nord, sont desservies par un réseau étendu de fibres sous-marines. Le déploiement d'un réseau de fibres dans de nombreux pays en développement n'est pas commercialement viable, voire même réalisable", remarque O3b Networks dans son communiqué. Le nom d'O3b est une abréviation de "other 3 billion", "les autres 3 milliards" de personnes qui n'ont qu'un accès limité à internet. O3b entend toucher ainsi consommateurs et entreprises de plus de 150 pays. Selon l'entreprise, le système proposé "va offrir une performance fibre sur satellite à des prix comparables à la fibre dans les régions développées". "En permettant une connexion directe au coeur des réseaux et aux relais cellulaires 3G/Wimax, le système d'O3b Networks va complètement changer l'économie des infrastructures de télécommunications dans des marchés du monde à la plus forte croissance pour les services de communications", explique O3b. Le développement opérationnel et technique "est déjà bien avancé", et notamment, la production de la constellation initiale de 16 satellites a commencé, a-t-elle indiqué. Le système est équivalent à 2.133 répéteurs et va fonctionner à des vitesses atteignant 10 gigabits à la seconde. La mise en service est prévue pour fin 2010. Il sera possible d'ajouter des satellites pour augmenter la capacité et répondre à la demande croissante. L'homme derrière le projet est Greg Wyler, un Américain avec une expérience de création de réseau téléphonique en Afrique. Google est l'un des géants mondiaux de l'internet, tandis que Liberty Global est le leader des opérateurs internationaux du câble, revendiquant 16,1 millions de clients dans 15 pays. HSBC, première banque européenne, a pour sa part mis dans l'affaire sa branche "Principal Investments & Private Equity". Thales Alenia Space s'est félicité de son côté que "ce contrat démontre une fois de plus la position de Thales Alenia Space comme leader mondial en tant que fournisseur de systèmes de télécommunications".

vendredi 29 août 2008

Câble sous-marin en fibre optique, reliant la Nouvelle-Calédonie à l'Australie


Un câble sous-marin en fibre optique, reliant la Nouvelle-Calédonie à l'Australie, va entrer en service le 1er septembre, améliorant l'accès à l'internet pour le territoire français, ont annoncé les autorités. Ce câble va permettre une généralisation du haut débit et augmentera de manière significative la capacité actuelle des connexions. "Il s'agit d'un grand moment pour les télécommunications et pour la Nouvelle-Calédonie", a déclaré à la presse le président du gouvernement, Harold Martin. La pose de ce câble en fibre optique long de 2.200 km a fait l'objet d'un marché entre l'Office des postes et télécommunications de Nouvelle-Calédonie (OPT) et Alcatel Submarine Network, d'environ 50 millions d'euros. Le câble est relié à un opérateur australien à Sydney, qui donne accès à la Nouvelle-Calédonie à tous les réseaux mondiaux, a indiqué le directeur de l'OPT, Jean-Yves Ollivaud, rappelant que jusqu'à présent les liaisons se faisaient par satellite. L'entrée en service du câble sous-marin s'accompagne en outre d'une baisse entre 20 et 80% des tarifs, qui demeureront néanmoins "en fort décalage" avec ceux de la métropole. M.Martin a toutefois annoncé la mise en place d'ici à la fin de l'année d'un "éco-internet", qui s'ajoutera à la liste des "éco-produits", tels que l'éco-riz ou l'éco-pain, créés par son gouvernement pour lutter contre la vie chère. Il a, par ailleurs, annoncé la venue à Nouméa d'une mission de l'ARCEP (Autorité de régulation des communications et des postes), en vue de la mise en place comme en métropole d'une instance de régulation. Son objectif sera notamment d'organiser la concurrence sur le marché de la téléphonie, où l'OPT détenait jusqu'alors un monopole. La Polynésie française sera pour sa part reliée en 2010 à Hawaï par un câble sous-marin. Dans le cadre du projet "Spin", un troisième câble devrait raccorder la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie, permettant au passage de desservir plusieurs petits pays insulaires du Pacifique sud.
Aucun commentaire

lundi 25 août 2008

BADR-6



Le satellite BADR-6 est entré en service commercial pour Arabsat, opérateur de satellites de communications basé à Riyad en Arabie Saoudite. Le satellite est arrivé le 12 juillet en orbite géostationnaire, où il a fait l'objet d'essais complets. Arabsat a pris officiellement possession du satellite "en parfait ordre de marche" le 08 août, un mois après le lancement. Selon Khalid Balkheyour, Président & CEO d'Arabsat, "BADR-6 est un satellite multi-mission qui fournira aux pays du monde arabe et alentour des services de télévision directe et des liaisons Internet large-bande, avec la capacité nécessaire pour s'adapter à la croissance rapide attendue du marché de la télévision haute-définition". Astrium Satellites est maître d'oeuvre du satellite et responsable des opérations de lancement et de mise à poste (LEOP) dans le cadre d'un contrat de livraison en orbite. BADR-6 est un satellite Eurostar E2000+ d'une masse au lancement de 3.350 kg. Il est équipé d'une charge utile comprenant 24 répéteurs en bande C et 20 répéteurs en bande Ku.

Rappelons que la zone de couverture en bande Ku de ce nouveau satellite ne touche pas commercialement l'Europe, puisque la limite nord du 43 dBW, qui correspond à une parabole de 135 cm environ, passe au milieu de Méditerranée, au sud de la Corse .On peut espérer recevoir les signaux de la bande C de ce satellite en France avec une parabole de 160 à 180 cm…

EuropaSat


Le franco-italien Thales Alenia Space a signé un contrat avec le britannique Inmarsat pour développer un satellite destiné à des services de diffusion et de télécommunications en Europe vers des mobiles, a annoncé le leader européen des satellites. Le montant du contrat n'a pas été communiqué, mais de source industrielle, on affirme qu'un contrat télécom est supérieur à la centaine de millions d'euros.Pour l'année en cours, Thales Alenia Space "a bon espoir de finir l'année en croissance --en terme de chiffre d'affaires-- comparé à l'an passé, étant donné le volume de commandes attendu", a déclaré le directeur général en charge des opérations de la division spatiale du groupe Thales, Patrick Fournier, dans un entretien téléphonique à l'AFP.
Cette année, Thales Alenia a procédé à 21 lancements de satellites --un reccord--, contre 14 en 2007.
Conçu pour une durée de vie de 15 ans, ce satellite baptisé "EuropaSat" aura une masse au lancement de 5,7 tonnes et une puissance électrique de 8,5 kW. Son lancement est prévu début 2011, a indiqué Thales Alenia Space, coentreprise de l'italien Finmeccanica (33%) et du français Thales (67%). "Son développement et sa conception qui démarre à la mi-2008, durera entre deux ans et demi et trois ans et occupera entre 300 et 500 personnes", a indiqué M. Fournier.
Inmarsat est le leader mondial des télécommunications mobiles par satellite. Depuis 1979, ilfournit une très large gamme de services de transmission voix-données dans 180 pays pour des applications terrestres, maritimes ou aériennes, notamment aux autorités gouvernementales, aux entreprises et autres institutions.

télévision mobile par satellite

Alors que le marché européen de la télévision mobile par satellite est sur le point de connaître une croissance significative, il fait encore face à des difficultés liées à la transmission et à la distribution efficaces des services de télévision mobile. Cela étant, de récentes études ont clairement démontré que l'utilisation de la technologie satellite pour les services de télévision mobile est une solution judicieuse et rentable. Par conséquent, on peut s'attendre à ce que l'utilisation des services par satellite facilite de manière importante une croissance soutenue de la diffusion, de la qualité et de la fiabilité des offres de services de télévision mobile. D'après une nouvelle étude de Frost & Sullivan intitulée « Les marchés européens de la télévision mobile par satellite » (spaceandcommunications.frost.com), les revenus de ce marché représentaient 1,92 million de dollars en 2007 et devraient atteindre 3 273,9 millions de dollars en 2014. En France, il devrait passer de 0,3 million de dollars à 701,3 millions de dollars dans le même laps de temps.La solution du réseau hybride pour la télévision mobile présente un potentiel important sur le plan de la distribution car elle répond aux besoins des opérateurs et des clients en ce qui concerne la réception dans des zones urbaines et rurales, en extérieur comme à l'intérieur. En outre, l'utilisation de la bande S, qui sera attribuée dans toute l'Union Européenne, réduira les problèmes de spectre qui pourraient survenir lors de l'utilisation d'autres fréquences. Le recours au relais satellite pour la distribution de la télévision mobile présente des avantages incontestables, car c'est une solution reconnue pour les applications vidéo et de données. Un autre avantage du relais satellite pour la télévision mobile réside dans le fait que, contrairement à la diffusion directe/hybride par satellite sur la bande S, cette solution n'est pas affectée par le problème de standardisation. De plus, puisque cette solution n'implique pas un lien direct entre le satellite et l'utilisateur, aucun dispositif spécifique ou jeu de puces n'est nécessaire. Cependant, le réseau hybride et le relais satellite sont tous deux confrontés à certaines difficultés sur le marché, notamment des solutions alternatives concurrentes ayant recours à des réseaux terrestres. Dans l'ensemble, l'exemple du marché italien de la télévision mobile prouve qu'il y a encore beaucoup de place à amélioration et que c'est précisément ce que peut apporter la solution de réseau hybride, puisque les clients réclament une couverture et une qualité excellentes mais également très étendues.

vendredi 15 août 2008

Superbird-7 et AMC-21

Deux satellites de télécommunications, Superbird-7 et AMC-21, destinés à couvrir respectivement l'Asie et le continent américain, ont été lancés dans la nuit de jeudi à vendredi par une fusée Ariane-5 du Centre spatial guyanais de Kourou.Le tir de la fusée s'est produit à 20H44 GMT (22H44 heure de Paris), et les deux satellites ont ensuite été successivement lâchés avec succès sur leurs orbites provisoires respectives, a précisé la société Arianespace, chargée du lancement.
Le satellite japonais Superbird-7, dont l'orbite finale sera par 144° Est, a été construit par Mitsubishi Electric Corporation pour Space Communications Corporation (SCC). Il couvrira la région Asie Pacifique pour fournir des services télévision et internet.
Quant à AMC-21, il sera placé sur une orbite finale par 125° Ouest. Construit par Thales Alenia Space et Orbital Sciences Corporation pour SES Americom, il couvrira les Etats-Unis, le Golfe du Mexique, les Caraïbes et l'Amérique centrale, fournissant des services télévision et transmission de données aux entreprises.
Il s'agissait du 185e lancement pour une fusée Ariane, et du 41e pour une Ariane-5.

Le groupe d'électronique diversifié japonais Mitsubishi Electric s'est félicité du lancement réussi, par la fusée européenne Ariane 5, de son satellite Superbird-7, le premier satellite commercial de télévision produit au Japon. Les dix-huit satellites civils nippons de TV et télécommunications déjà en orbite et en exploitation sont de fabrication américaine. Le satellite japonais Superbird-7, dont l'orbite géostationnaire finale sera située à 144° Est, a été construit par Mitsubishi Electric pour la société affiliée Space Communications Corporation (SCC), entité qui administre la flotte Superbird pour la diffusion de chaînes de télévision. Il couvrira la région Asie Pacifique. Superbird-7 repose sur la plate-forme DS-2000 de Mitsubishi Electric, elle même conçue à partir d'un modèle expérimental initialement développé par l'Agence d'exploration spatiale japonaise (Jaxa). Superbird-7 entrera en exploitation après une phase de test qui durera jusqu'à Septembre. Ce satellite a été transporté par Ariane depuis le Centre spatial guyanais de Kourou dans la nuit de jeudi à vendredi, en même temps que l'AMC-21 construit par Thales Alenia Space et Orbital Sciences Corporation pour SES Americom. L'AMC-21 est pour sa part destiné à couvrir les Etats-Unis, le Golfe du Mexique, les Caraïbes et l'Amérique centrale, pour fournir des services télévision et de transmission de données aux entreprises. Il s'agissait du 185e lancement pour une fusée Ariane, et du 41e pour la version Ariane-5. Ce tir est le neuvième couronné de succès en un an pour le lanceur européen. Ariane est un véhicule apprécié par les Japonais. Ils lui confient environ les trois quarts de leurs lancements de satellites commerciaux, un ratio qu'Arianespace espère conserver malgré les ambitions du japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI), lequel produit et exploite désormais le lanceur nippon H-2A privatisé.

jeudi 31 juillet 2008

VSAT

Algérie Télécom Satellite (ATS), l'un des trois opérateurs pour les télécommunications par satellite, filiale d'Algérie Télécom, a présenté, sa solution VSAT i-Direct. Dans une conférence de presse animée par M. Mahieddine Maache, président-directeur général d'ATS, l'opérateur a annoncé le lancement de nouveaux services grâce à la VSAT i-Direct tels que la visioconférence à haute définition, la géolocalisation ou encore la télémédecine. Avec le I-Direct d'ATS qui offre une couverture mondiale via cinq satellites en simultané, ATS propose aux entreprises de communiquer de n'importe quel point du territoire vers n'importe quel point de la planète. Elle propose également aux opérateurs VNO (Virtual Network Operator) ou entreprises souhaitant disposer de facilités d'hébergement, un service Téléport. Mieux, les nouveaux services de ATS offrent aux grandes entreprises ou encore aux banques de pouvoir «traquer» leurs transports de marchandises ou encore de fonds. C'est une manière de localiser à tout moment les personnes et les objets mais ça permet également la télégestion. La géolocalisation permet, par ailleurs, comme l'a expliqué M. Maache, de connaître les niveaux des barrages ou encore les intrusions dans des zones sécurisées (pétrolières par exemple). Autrement dit, la solution VSAT I-Direct offre une couverture géographique étendue, une connexion à large bande, fiable et sécurisée quel que soit l'emplacement et sans égard à l'infrastructure terrestre. Cette solution assure la connectivité nécessaire à des services IP de transmission des données, de téléphonie IP (VoIP) et de connectivité Internet. Ce réseau VSAT peut assurer la transmission de données à des vitesses allant de 64 kbps à 4,2 Mbps, depuis un site éloigné, et jusqu'à 9 Mbps en provenance du HUB vers les sites éloignés. Pour les entreprises, les administrations régionales ou internationales, ou encore les collectivités locales, le service IPoVSAT CONNECT permet de communiquer librement en toute sécurité et en permanence avec les succursales ou sites distants. Il s'agit là, donc, d'une alternative à l'isolement géographique, à la continuité de service et surtout à une sécurité des transmissions de données. En réponse à une question mettant en avant l'importance de la création de la cartographie numérique, inexistante actuellement, M. Maache a expliqué que, pour le moment, les données géographiques telles que les noms des rues et les distances spécifiées permettent aisément la localisation exacte d'un objet ou d'une personne. Il a précisé que le projet du lancement du satellite ALSAT II est en bonne voie, annonçant dans le même sillon un nouveau projet de satellite spécial télécommunication dont «l'étude préliminaire est terminée. Le SAT1 pour les télécommunications sera opérationnel en 2013 ou 2014». Revenant sur le coût de ce service et sur le prix auquel il sera proposé, M. Maache précisera que son entreprise a déjà investi 1,2 milliard de dinars depuis 2004 et compte faire des investissements de l'ordre de 1,4 milliard de dinars d'ici à 2011. «Pour le prix du service I-Direct d'ATS, il n'a pas encore été décidé mais il sera de l'ordre de 40 à 50 dollars par mois».

vendredi 25 juillet 2008

KOUROU 2

Un premier bateau amenant du matériel fabriqué en Russie pour le pas de tir en construction du lanceur Soyouz est attendu dimanche en Guyane française où les infrastructures sont presque achevées, ont expliqué des responsables du chantier. Le navire parti de Saint-Pétersbourg est chargé de 150 conteneurs. Deux autres bateaux suivront avant la fin de l'année et un quatrième amènera le premier lanceur russe en Guyane l'an prochain. La mise en service du pas de tir Soyouz de Kourou est prévue au deuxième semestre 2009. Soyouz est de loin le lanceur le plus éprouvé du monde avec plus de 1.600 tirs à son actif. Il doit compléter les capacités de lancement du Centre spatial guyanais où la fusée Ariane 5, dans sa version lourde ECA désormais seule utilisée, est capable de placer en orbite de transfert géostationnaire des charges utiles jusqu'à 9,5 tonnes. Le Soyouz, qui pourra envoyer des membres d'équipage sur la Station spatiale internationale (ISS) après l'arrêt des navettes américaines en 2010, mettra en orbite des satellites de télécommunication d'un poids d'une à trois tonnes. Une première équipe de 14 ingénieurs russes est attendue mercredi à Kourou. "Toute l'infrastructure sera terminée à la fin du mois d'août, et à partir de là, nous allons intégrer l'ensemble des équipements russes dans les volumes vides que nous avons réalisés", a expliqué Frédéric Munoz, un responsable de la direction des lanceurs au Centre national d'études spatiales (Cnes), qui travaille sur le chantier. Les bâtiments construits comprennent notamment un hall d'assemblage du lanceur qui est monté horizontalement avant d'être dressé sur son pas de tir, alors que les fusées Ariane sont assemblées à la verticale, et un poste de commande doté d'un mur ferraillé d'un épaisseur d'un mètre capable de résister à une éventuelle explosion de la fusée russe sur son pas de tir. "Nous sommes 450 personnes sur le site et nous attendons 100 Russes à la fin du mois d'août. Au maximum, le chantier accueillera entre 200 et 300 Russes. Les équipements russes vont mettre à peu près un an pour être intégrés. Ensuite, il y aura des essais de qualification technique pendant une durée de quatre mois" pour un premier lancement prévu fin 2009, a ajouté M. Munoz. Jean-Yves Le Gall, Pdg d'Arianespace, société européenne qui gère les lancements, s'est beaucoup investi dans la réalisation d'un projet très contesté au départ. "Le défi, c'est de mettre en place tout ce qui a été fabriqué en Russie sur ce qui a été construit ici en Guyane et de s'assurer que ça marche", explique-t-il. Le coût du chantier qui a démarré en 2003, avoisine les 400 millions d'euros, dont 121 millions empruntés à la Banque européenne d'investissement (BEI) par Arianespace, 223 millions d'euros de contrats passés entre le Cnes qui est maître d'oeuvre, et des entreprises industrielles, et un peu plus de 40 millions investis pour l'adaptation du lanceur. La différence essentielle avec le pas de tir de Baïkonour, au Kazakhstan, d'où partent actuellement les Soyouz, sera la présence à Kourou d'une protection pour mettre le lanceur russe à l'abri des intempéries du climat tropical humide guyanais. La gamme du centre de tir guyanais sera aussi complétée pour les charges plus légères par le lanceur Vega. La mise en service du pas de tir de la petite fusée européenne à Kourou, également en construction, est prévue comme celle du Soyouz au deuxième semestre 2009.

lundi 21 juillet 2008

KOUROU


Le premier des deux navires destinés à transporter les équipements pour le lancement des fusées porteuses russes Soyouz depuis le cosmodrome de Kourou est parti de Saint-Pétersbourg en direction de la Guyane. On suppose que le voyage durera environ seize jours. Les deux premiers lanceurs, dans une version spéciale adaptée aux conditions climatiques, seront prêts à partir pour la Guyane aux alentours de janvier 2009. La poussée de leurs moteurs a été augmentée, la fusée a été dotée d'un nouveau système de commande et sa tête adaptée aux dimensions des satellites européens.

mercredi 9 juillet 2008

jason


Le satellite franco-américain Jason-2, visant à mesurer le niveau des océans, a atteint dans la nuit de dimanche à lundi son orbite de travail, à 1.336 km d'altitude, a annoncé le Centre national d'études spatiales (Cnes) dans un communiqué. Jason-2, lancé le 20 juin dernier à l'aide d'une fusée Delta, "a été placé sur son orbite définitive" au terme d'une série de manoeuvres pilotées par le centre de contrôle du Cnes à Toulouse, a indiqué l'agence spatiale française. Le satellite volera plusieurs mois en tandem avec son prédécesseur Jason-1, en service depuis 2001, afin d'étalonner ses instruments par rapport à ce dernier. Il fournira des mesures précises de l'évolution du niveau des océans afin d'évaluer l'ampleur et l'impact du changement climatique au cours des prochaines années. Le principal instrument de Jason-2 est l'altimètre radar Poseidon 3 du Cnes, qui mesure avec une extrême précision la hauteur de la surface des océans par rapport au centre de la Terre, avec une marge d'erreur de 3,3 centimètres. L'élévation du niveau des océans est l'un des grands problèmes posés par le réchauffement climatique.

mardi 8 juillet 2008

AMOS-4


Thales Alenia Space a signé un contrat avec Israël Aerospace Industries (IAI), leader de l'industrie aérospatiale israélienne, pour fournir les sous-systèmes de communication radio fréquence du satellite Amos-4. Amos-4 sera lancé en 2012 et permettra à l'opérateur israélien Spacecom d'accroître sa capacité dans les bandes de fréquence Ku et Ka pour fournir des services de haute qualité dans les domaines de la communication et de la diffusion en Israël et à l'international. La bande Ku permet de faire de la télévision directe, la bande Ka du multimédia, a précisé une porte-parole de Thales Alenia Space, coentreprise du français Thales (67%) et de l'italien Alenia (33%), numéro un européen des système satellitaires et acteur majeur dans le domaine de l'infrastructure orbitale.

jeudi 3 juillet 2008

wimax


Le fournisseur d'accès internet Free et l'opérateur Bolloré Télécom ont démenti être en discussion avec Google pour financer le déploiement de leurs réseaux WiMax (internet haut débit sans fil) en France, contrairement à ce qu'affirme le journal Les Echos. "Nous démentons ces informations", a réagi une porte-parole de Free, contactée par l'AFP. De même, Bolloré Télécom a souligné qu"aucune discussion" n'était à l'ordre du jour, mais que "Google est un partenaire naturel pour le WiMax, donc cela ne veut pas dire qu'un jour nous ne discuterons pas avec eux", a précisé un porte-parole de l'opérateur. Free est le seul acteur à avoir une licence nationale pour le WiMax et Bolloré Télécom, branche télécom du groupe de l'homme d'affaires Vincent Bolloré, qui a racheté récemment 8 licences régionales à TDF (Télédiffusion de France), en possède désormais 20, ce qui lui permettra de couvrir la quasi-totalité du territoire français. Le leader mondial des puces Intel, qui aurait, selon Les Echos, "approché Bolloré Télécom pour prendre une participation dans le capital de l'opérateur", a lui aussi opposé un "ferme démenti". "Il n'y a absolument aucune discussion pour des investissements en France", a insisté un porte-parole du groupe dans l'Hexagone, tout en rappelant que "le WiMax fait partie de notre stratégie". "Intel a approché tous les acteurs dans le monde, mais nous n'avons aucune discussion engagée avec eux, même préliminaire", a renchéri le porte-parole de Bolloré Télécom. Le WiMax, qui ne fonctionne qu'en extérieur contrairement au wifi, est une technologie d'accès à internet sans fil qui peut transporter des données en très haut débit sur plusieurs kilomètres, bien davantage que tous les systèmes actuels de téléphonie sans fil ou d'internet mobile (Wifi). Google et Intel soutiennent notamment le projet de déploiement, par les opérateurs télécoms Sprint et Clearwire, du réseau WiMax aux Etats-Unis, le premier de cette ampleur au monde.

esa


La Commission européenne a annoncé l'ouverture des appels d'offres pour une série de contrats d'équipements destinés au système européen de navigation par satellite Galileo d'une valeur totale estimée à 2,1 milliards d'euros. Le système Galileo doit permettre à l'Union européenne (UE) de rivaliser avec le GPS américain d'ici 2013. Le gâteau total à distribuer (doté de 3,4 milliards d'euros jusqu'en 2013) a été divisé en six lots: satellites, lanceurs, logiciels, relais au sol, centres de contrôle, gestion de l'ensemble. Chaque lot sera attribué à un chef de file industriel, obligé toutefois d'en sous-traiter 40%. "Les candidats ont jusqu'à l'automne pour présenter leurs offres. Ensuite s'engagera un dialogue avec les candidats retenus afin de permettre la prise de décision", a indiqué un des porte-parole de la Commission, Mark English. "Il n'y a pas d'exclusion des entreprises américaines", a-t-il insisté, précisant toutefois que des dérogations étaient prévues pour les contrats touchant à la sécurité nationale. L'objectif est de "déployer Galileo en 2013", a-t-il indiqué. Les contrats sont attribués par la Commission européenne et l'Agence spatiale européenne.